LE DRAPEAU MODELE 1812 “ Aucun aigle ne pourra être porté par un régiment s’il a été envoyé officiellement par le Ministre de la Guerre. L’aigle est la marque distinctive du régiment, il n’y en aura qu’un parce qu’il n’y a qu’un colonel. ” courrier de BERTHIER à CLARKE du 23 octobre 1811. Le vœu émis par l’Empereur est confirmé par le décret du 25 décembre 1811. Un décret du 15 janvier 1812 confie au Ministère de la Guerre le service des drapeaux et à l’artillerie celui de leur confection et la date d’envoi des nouveaux emblèmes est fixée au 1er mars pour les régiments composant la Grande Armée en vue de la campagne de Russie. Dimensions : Hauteur : 80 cm x Largeur 80 cm. Franges or de 2,5cm. Cravate de 106 cm de long et 18 cm de large formée d’une bande de soie tricolore ornée à ses extrémités d’une broderie de palmettes et d’abeilles et garnie d’une frange à torsades de 7 cm. La cravate est attachée au dessous du caisson de l’aigle et maintenue en place par la cordelière de 66cm de long avec rosette et coulant terminés par deux glands de 16 cm de haut. La hampe est peinte en bleu impérial et mesure 2,45 m. L’étoffe est formée de trois bandes verticales tricolores, bleu à la hampe, rouge au flottant et encadrée par une large broderie identique au revers et à l’avers. La partie horizontale supérieure est ornée à chaque angle d’une couronne impériale dont les branches et les bandeaux sont décorés d’imitations de pierres, l’intérieur du bandeau étant doublé de soie écarlate. Chaque couronne est surmontée de deux étoiles. La partie horizontale inférieure porte à chaque angle une aigle dont les têtes se font face. Dans les quatre espaces compris entre les couronnes impériales et les aigles, sont placées à égale distance quatre couronnes de laurier entourant la lettre N. Tous ces motifs sont reliés entre eux horizontalement par une triple rangée d’abeilles et verticalement par des palmettes et arabesques . Tous les ornements et inscriptions sont brodés en fil d’or. A l’avers : L’EMPEREUR / NAPOLEON / au 93ème REGIMENT / D’INFANTERIE / DE LIGNE. Au revers :les noms de bataille propres au régiment : ECKHMÜL / ESSUNG / WAGRAM. LA MOSKOWA / DRESDE après 1813. Aigle conservé après la retraite de Russie, caché sous la 1ère Restauration à LONS-LE-SAULNIER. SOURCE : Pierre CHARRIE, Drapeaux et Etendards de la Révolution et de l’Empire. Editions COPERNIC, 1982, revue FIGURINES et TRADITION.
Retour Mon panier: % article(s)Chercher dans le site
Votre contact
Pour écouter l'intégrale de sa musique, un clic sur l'icone ci-dessous!
Visiteurs
Copyright 2008 de l'A.A.93 R.I
Accueil Son histoire Ses gloires Sa vie Ses chefs de corps Les annexes Ses rangs successifs Le 18ème régiment d'infanterie légère Sa Réserve 1979/1997 Ses historiques Bibliographie L'historique de 1891 L'historique de 1920 L'historique contemporain L'historique du colonel Cochin Ses drapeaux Ses "14 juillet" Son amicale Sa boutique Ses évènements Cérémonie au Sénat Cérémonie en l'honneur du Colonel Muller Cérémonie des Evadés de France Sa vie Le 293ème RI L'historique de 1920 Le 83ème RIT L'historique de 1920 Les liens Web Les Blogs Celui de François Gentreau Celui d'Olivier BarreaudLe 93ème Régiment d'Infanterie "Régiment d'Enghien" et "Régiment de Vendée" Sa devise : "A de tels hommes, rien d'impossible !" Napoléon le 1er juillet 1809